Image Alt

Du N°181 au N°190


N°181 Combats


Beaucoup voient la vie et la survie comme une succession de combats. Surtout quand il s'agit de besoins primaires, nourriture ou sexuels. Alors que j'expliquais à un jeune mec très sympa que les combats avec les autres n'aboutissent à rien de bien en général, il m'objecta une situation qu'il venait de vivre quelques jours auparavant. Alors qu'il était avec une jolie fille, un mec bourré et costaud agressa verbalement et limite physiquement la fille. Il se sentit contraint de lui donner un coup de casque et de partir en courant. Pouvait-il agir autrement ?
Probablement qu'il pouvait partir en courant sans frapper. Mais il faut constater qu'il est à la fin d'un processus de la loi de causes à effets. Que s'est-il passé avant ? Rien, absolument rien! Et ma question suivante le surprit, qu'as-tu pensé avant ? Et ta copine ? Il faut apprendre à comprendre l'importance de nos pensées. Une anecdote que j'ai vécue il y a quelques années alors que je travaillais à la Défense et que j'habitais prés de la Grande Arche. Je marchais de bon matin pour aller au boulot, tout occupé à répéter mantras et bajhans. Quand un bruit désagréable d'une autoradio mise à fond me dérangea. J'ai pensé quel manque de respect et quel besoin de faire cela. Mais je n'ai rien dit et j'ai juste lancé un regard furtif et rapide vers l'agresseur. Il est entré dans une colère incroyable, hurlant des insultes des menaces, et ceci tout au long de mon parcours. Un escalator menant à la dalle me sortit d'affaire. En méditation du soir, la leçon fut comprise. Plus tu es sensible et réceptif aux pensées des autres, plus ils le sont aux tiennes.

N°182 Choisis


Il y a les choisis et les perdants dans la constitution des couples. C'est la loi de sélection dont nous semblons dépendre nous aussi. 
Qui, en nous, choisi ? Parfois ce sont des non choix. 
Dans un débat télévisuel, j'ai entendu une jeune femme nous confier, "il a tellement insisté que j'ai fini par céder".
Terrible. Pourquoi ai je eu besoin de faire ce tableau ? ce diptyque ?

N°183 Ubiquité


L'ubiquité, cette capacité à être dans plusieurs endroits à la fois. Nous pouvons lire dans les ouvrages concernant les grands mystiques chrétiens ou les grands sages de l'Inde les effets de cette surprenante capacité. Le cas du Padre Pio est particulièrement remarquable.

N°184 Clairvoyance


La clairvoyance et la clairaudience existent bel et bien. Toutefois ces capacités ne sont jamais au service de nos égos. Autrement dit, notre mental ne le décide pas et il est illusoire de croire qu’on peut s’y entrainer.

Ce sont des capacités de nos consciences. Elles ne se décident donc pas. Elles ne sont pas acquises une fois pour toutes.

Ayant eu plusieurs expériences de clairaudience je peux en témoigner.

Et je le rappelle, notre conscience ne se préoccupe que de l’utilité spirituelle des évènements. Autrement dit, tout ce qui nous arrive nous est utile. Et l’utilité n’est pas toujours agréable.


N°185 Conscience et banquette rouge


Mon lieu de méditation c'est ma banquette rouge. Devant les enjeux climatiques de plus en plus pressants, nos consciences s'agitent. Cela devient oppressant. Comme si, devant la catastrophe annoncée, notre conscience collective s'agitait, provoquant manifestations et émeutes. Un sentiment d'impuissance collective nous submerge.
Je me rappelle une histoire de sagesse que vous connaissez peur-être :
Un vieil homme très croyant habitait à la limite d'un village. Un jour de tempête, le village se trouva inondé et l'eau montait de plus en plus. La police municipale vient le prévenir et lui demanda d'évacuer sa maison. Il refusa, Dieu me protège ! clama t il.
L'eau monta encore et il se réfugia au premier étage. Des pompiers vinrent en zodiac pour l'évacuer. Il refusa encore, Dieu me protège affirma-t-il. Mais l'eau continua de monter malgré ses prières. Il se réfugia sur le toit. Des pompiers arrivèrent en hélicoptère pour l'héliporter. Il refusa encore, Dieu ne pouvait pas l'abandonner.
Malheureusement sa maison s'effondra et il mourut noyé. Arrivé au paradis, il rencontra Dieu qui l'attendait. Pourquoi vous n'avez rien fait pour moi ? Mais j'ai beaucoup fait pour toi ! Répliqua Dieu. Je t'ai envoyé la police puis les pompiers puis l'hélicoptère. Et c'est toi qui a tout refusé !
Ramené aux enjeux climatiques, on pourrait dire : de nombreux scientifiques et de nombreux sages et de nombreux artistes etc. ont prévenu et aucun (ou si peu) hommes de pouvoirs n'ont agit.

N°186 Peintres


Les peintres s’expriment par ce langage universel qu’est la peinture. Au-delà de l’image et de l’objet, que se passe-t-il en nous ? D’où nous viennent ces émotions incroyables ?

Pourquoi peindre ? J’aime la réponse de Kandinsky « Peindre est une nécessité intérieure ».


N°187 Musiciens


Le monde des musiciens me fascine d’autant que les partitions et le solfège resteront pour moi, à tout jamais, inaccessibles.

J’écoute de la musique classique dans mon atelier en peignant. Beaucoup de peintres le font et choisissent ce qu’ils écoutent. Je préfère le lâcher prise, j’écoute une radio classique et je me laisse aller. Jamais la musique diffusée ne m’a dérangé, bien au contraire elle m’a porté.


N°188 Existences


Ce diptyque m’a surpris. Il y a bien sûr une influence de Francis Bacon. Je me suis rendu compte que je ne peignais jamais d’intérieurs de logements. J’ai commencé par peindre la nature et les extérieurs ressentis, des personnages sont venus plus tard. Et pas d’intérieurs.

C’est encore lié à mon enfance avec une maison familiale négligée et pas confortable. Je n’étais bien que dehors.

J’ai longtemps vécu seul, et vivre en couple me posait un problème d’espace à partager. Heureusement il n’y a jamais eu de problèmes.


N°189 Pré-existences


Dans ma conception du monde, tout a pré-existé. Soit parce que, nous les humains, l’avons conçu en faisant des plans ou au minimum nous avions une idée de ce que nous voulions. Soit, parce que je suis croyant, Dieu l’a voulu et conçu. Dans les deux cas donc, il y a pré-existence. Je trouve que la pré-existence rassure car elle facilite l’acceptation de la post-existence.

Dans le tableau, la pré-existence est représentée par la conscience qui va s’incarner et qui rend des visites à la future maman. Il va falloir que cette conscience s’adapte au trop petit corps du bébé. La conscience participe à la grossesse. Elle fait « des visites de chantier » comme quand on suit des travaux.


N°190 Connaissances


En classe mon esprit s’évadait souvent hors des murs de l’école. Je me souviens particulièrement d’un jour où le professeur chercha à me piéger en me demandant de répéter ce qu’il venait de dire. Il se passa alors en moi un curieux phénomène, j’ai pu faire en quelque sorte marche arrière, me concentrer avec attention et tout lui redire sans fautes. Enfant puis ado, les petits phénomènes de ce genre me semblaient naturels et à la portée de tout un chacun.

Un autre aspect, celui là moins sympa pour moi, concerne des effacements de mémoires dûs à des chocs affectifs. A plusieurs reprises, alors que j’avais bien appris mes cours, un choc affectif (toujours mes parents) effaça tout ce que je venais d’apprendre. Peut-être que ma conviction concernant le fait que notre mémoire est « gérée » par notre conscience vient de là.

Un autre regard sur ce diptyque concerne les terrifiants et urgents enjeux climatiques à comparer à l’indolence et l’insouciance de nos sociétés. Nous sommes sur le Titanic qui commence à couler, que fait-on ?